Quand vous êtes aux prises avec un critique intérieur intense, il est possible que vous ayez du mal à passer à l’action, que vous ne vous sentiez pas à la hauteur, que vous remettiez à plus tard, etc. Il se peut que votre réflexe face à ce critique soit une des stratégies inefficaces suivantes :

  1. L’ignorer.
  2. Essayer de le convaincre que vous n’êtes pas ce qu’il vous dit.
  3. Essayer de vous en débarrasser.

Est-ce que ça fonctionne? Plus souvent qu’autrement, pas vraiment. Pourtant il est possible de travailler avec ce critique pour atteindre vos objectifs plutôt qu’il constitue un frein. C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Tout d’abord, selon Jay Earley et Bonnie Weiss (« Freedom from Your Inner Critic »), il existerait 7 types de critiques intérieurs, oui sept!!! Les voici :

  1. Le perfectionniste : il veut que vous fassiez tout parfaitement. Il a des standards très élevés concernant vos comportements, vos performances et votre production. Et si ses standards ne sont pas atteints, il vous attaque en vous disant « que vous n’êtes pas assez… bon, bien, gentil, etc. ». Ce perfectionniste peut faire en sorte que vous ayez de la difficulté à commencer quoique ce soit ou encore à terminer quelque chose.
  2. Le contrôleur intérieur : il essaie de contrôler les comportements compulsifs et excessifs comme les excès de nourriture, d’alcool, de colère, etc. Il vous fait ressentir de la honte après un comportement impulsif et excessif. Il est constamment en lutte avec une partie impulsive de vous-même.
  3. Le maître d’œuvre ou le contremaître : il veut que vous travailliez plus fort pour réussir. Il essaie de vous motiver en vous disant que vous êtes stupide, paresseux et/ou incompétent. Il peut entrer en conflit avec une autre partie de vous qui veut procrastiner pour éviter de travailler.
  4. Celui qui nous fait sentir comme un(e) moins que rien, comme un(e) minable : il tente de diminuer votre confiance en vous et votre estime de vous de sorte que vous ne preniez pas de risques qui pourraient conduire à un échec. Il vous répète constamment que vous n’avez pas de valeur, que vous êtes inadéquat et que vous ne ferez rien de bon dans la vie. Il peut aussi essayer de vous empêcher de devenir trop important, puissant, ou visible afin de ne pas attirer l’attention et d’être rejeté.
  5. Le destructeur : il attaque le cœur de votre estime de vous. Il vous plonge dans la honte et vous dit que vous ne devriez pas exister. Il est capable de saper toute votre vitalité. C’est une énergie négative qui tue tout élan de créativité, de spontanéité et de désir.
  6. Le culpabilisateur : Il vous attaque à propos d’une action que vous avez faite (ou pas) qui a pu blesser quelqu’un que vous aimez. Ou pour ne pas avoir respecté vos valeurs. Il vous fait sentir mal et vous empêche de vous pardonner. Il peut aussi vous faire sentir coupable pour des comportements récurrents qu’il juge inacceptables dans le but de vous arrêter.
  7. Le conformiste : il essaie que vous vous conformiez à un certain moule accepté par la société, par votre famille, ou par un modèle culturel. Ce critique vous attaque quand vous sortez du moule et vous félicite quand vous vous y conformez.

Aussi surprenant que ça puisse paraître, ces critiques veulent votre bien de diverses façons :

  1. Ils veulent vous protéger du jugement et du rejet. Ce peut être le cas du perfectionniste ou du conformiste qui pense que si vous n’êtes pas parfait, vous allez être jugé et rejeté.
  2. Ils veulent recevoir l’approbation de gens que vous admirez. Ce peut être le cas du perfectionniste, du contremaître ou encore du conformiste qui pense qui si vous avez du succès, vous obtiendrez l’attention désirée.
  3. Ils peuvent vouloir prévenir les dommages. Par exemple le contrôleur et le culpabilisateur vont prévenir les comportements excessifs et vous ne ferez pas un fou de vous en buvant trop durant un party de bureau.
  4. Ils veulent vous protéger des attaques. Par exemple, celui qui vous fait sentir comme un moins que rien vous garde dans l’ombre donc vous n’attirez pas l’attention et personne ne vous attaque/critique.
  5. Ils veulent vous empêcher de ressembler à un de vos parents. Par exemple si un de vos parents oubliait tout et était désorganisé, le critique peut faire en sorte que vous soyez hyper responsable et organisé et si vous manquer à cette ligne de conduite, le critique va essayer de vous ramener dans le droit chemin pour ne pas que vous répétiez les défauts de vos parents que vous jugez ou qui vous ont causés du tort.

Vous avez vu que certaines stratégies sont plus ou moins efficaces. Maintenant vous connaissez les types de critique intérieur. Vous pouvez en avoir 2 ou 3 qui sont plus dominants alors que les autres peuvent apparaître plus sporadiquement. Alors comment faire pour avancer malgré ces critiques?

Lors du « Annual Tapping World Summit » de 2019, Cheryl Richardson suggère de dialoguer avec lui. Voici quelques questions qu’elle propose pour amorcer le dialogue :

  1. Lui demander : veux-tu me parler?
  2. Que veux-tu?
  3. De quoi essaies-tu de me protéger?
  4. Qu’est-ce que tu as besoin de moi que je ne te donne pas?
  5. De quoi as-tu besoin de ma part pour te sentir inclus dans l’atteinte de mon objectif (quel qu’il soit)?

Avec ces questions, vous êtes outillé pour amorcer une conversation avec votre critique intérieur la prochaine fois qu’il se pointera le bout du nez. Et n’oubliez pas, il essaie, bien maladroitement, de vous protéger! Demandez-lui de travailler avec vous et non contre vous. Vous pouvez l’informer qu’il vous nuit, souvent, il n’est même pas au courant! Bon dialogue!

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?